Santé mentale et psychiatrie : Ressources et documentation

05/07/2011

PSYCHOÉDUCATION FAMILIALE POUR LA DÉPRESSION : UN ESSAI CLINIQUE

Filed under: Troubles anxieux et de l'humeur — Étiquettes : , , , — documentationhlhl @ 10:56

Une étude, récemment parue dans le British Journal of Psychiatry, a tenté de  mesurer l’efficacité de la psychoéducation familiale dans le traitement de la dépression. L’efficacité des interventions auprès des familles pour le traitement de la schizophrénie a été démontrée. Toutefois, cet exercice n’avait pas été fait, ou très peu, pour la dépression.

Cet essai clinique randomisé a pour échantillon 57 paires de familles/patients. 25 ont participé à l’intervention comprenant des sessions de psychoéducation pour la famille et 32 ont été recrutés pour le groupe de contrôle recevant les traitements habituels.

Selon les résultats obtenus, la psychoéducation s’est avérée efficace, particulièrement pour la prévention des rechutes. En effet, le taux de rechute observé 9 mois après le traitement a été de 8% pour le groupe ayant reçu des séances de psychoéducation familiale et de 50% pour le groupe n’ayant pas reçu ces séances.

Pour plus d’information, consultez le résumé ou l’article:
Shimazu K, Shimodera S, et al. (2011) Family psychoeducation for major depression: randomised controlled trial. British Journal of Psychiatry. 198(5):385-90. Résumé »»»

Ce périodique est disponible au Centre de documentation de l’Hôpital Louis-H. Lafontaine, en format imprimé et électronique.

Publicités

07/01/2011

Revue systématique

Filed under: Troubles psychotiques — Étiquettes : , , , — documentationhlhl @ 15:53

Efficacité des interventions précoces, la thérapie familiale et la thérapie cognitivo-comportementale pour le traitement de psychose

Dans un récent numéro du British Journal of Pschiatry a été publiée une revue systématique d’essais cliniques de services d’interventions précoces, thérapie familiale et thérapie cognitivo-comportementale pour les personnes souffrant de psychose.

Selon les résultats, les interventions précoces réduisent le nombre d’admissions à l’hôpital, le taux de rechute et la sévérité des symptômes. La thérapie familiale de son côté réduit les taux de rechutes et d’admissions à l’hôpital. La thérapie cognitivo-comportementale quant à elle aide à réduire la sévérité des symptômes.

Pour plus d’information, consultez l’article disponible en accès libre :
Bird, V., Premkumar P., et al. (2010) Early intervention services, cognitive-behavioural therapy and family intervention in early psychosis: systematic review. British Journal of Psychiatry, 197:350-356. PDF

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.