Santé mentale et psychiatrie : Ressources et documentation

04/03/2011

Consommation de cannabis

Filed under: Santé mentale - Général, Troubles psychotiques — Étiquettes : , , , — documentationhlhl @ 14:35

La consommation de cannabis et l’apparition de la première psychose : une méta-analyse sur le sujet

Une méta-analyse publiée récemment dans Archives of General Psychiatry démontre que la consommation de cannabis aurait un impact sur l’apparition de la première psychose.

80 études ont été retenues pour faire cette méta-analyse. Les auteurs se sont intéressés à la consommation de cannabis, mais aussi à la consommation d’alcool et autres substances psycho actives.

Selon les résultats obtenus, les auteurs ont pu observer que l’âge moyen d’apparition de la psychose chez les personnes consommatrices de cannabis est de 2.5 ans inférieur à celle des personnes qui n’en consomment pas. Cette différence marquée n’a pas été observée pour les autres substances qui ne semblaient pas avoir d’effets à ce niveau.

Pour plus d’information, consultez le résumé ou l’article :
Large M., Sharma S., et al. (2011) Cannabis Use and Earlier Onset of Psychosis : A Systematic Meta-analysis . Archives of General Psychiatry. Epub ahead of print, Feb 7.  Pubmed

Pour plus de détails, consultez une entrevue réalisée par le premier auteur de cet article »»»

Ce périodique est disponible au Centre de documentation de l’Hôpital Louis-H. Lafontaine, en version papier et électronique.

Publicités

06/04/2010

L’efficacité des stabilisateurs de l’humeur pour le traitement de la dépression bipolaire : Une méta-analyse publiée dans le British Journal of Psychiatry

Filed under: Troubles anxieux et de l'humeur — Étiquettes : , , — documentationhlhl @ 10:47

Dans le dernier numéro du British Journal of Psychiatry on retrouve une méta-analyse sur l’efficacité des stabilisateurs de l’humeur pour le traitement de la dépression bipolaire aiguë.

18 essais contrôlés randomisés avec un échantillon total de 4105 patients ont été analysés. Les résultats qui en ont été ressortis démontrent que les stabilisateurs de l’humeur utilisés en monothérapie sont associés à une réponse plus grande et à un taux de rémission plus important que le placebo. Les stabilisateurs de l’humeur utilisés en thérapie combinée n’ont pas été plus efficaces qu’utilisés en monothérapie.

Les auteurs concluent donc que les stabilisateurs de l’humeur devraient être envisagés comme traitement de première ligne pour la dépression bipolaire aiguë.

Pour plus d’information, consultez le résumé ou l’article :
Van Lieshout RJ, MacQueen GM (2010). Efficacy and acceptability of mood stabilisers in the treatment of acute bipolar depression: systematic review. British Journal of Psychiatry, 196:266-273.

Ce périodique est disponible au Centre de documentation de l’Hôpital Louis-H. Lafontaine.

23/02/2010

L’efficacité de la pharmacothérapie pour les troubles de personnalité sévères : une méta-analyse parue dans le dernier Journal of Clinical Psychiatry

Dans le numéro de janvier 2010 du Journal of Clinical Psychiatry on retrouve une méta-analyse d’essais cliniques randomisés sur l’efficacité de la pharmacothérapie pour le traitement des troubles de personnalité sévères.

Plus spécifiquement, 27 études ont été retenues pour cette méta-analyse mesurant l’efficacité de la médication sur des symptômes spécifiques du trouble de personnalité limite ou borderline et le trouble de personnalité schizotypique.

Voici quelques uns des résultats :

  • Les antipsychotiques : ont un effet modéré sur les symptômes cognitifs et perceptuels et un effet modéré à fort sur la colère.
  • Les antidépresseurs : n’ont pas d’effet significatif sur les comportement impulsifs et de perte de contrôle ou l’état dépressif. Ils ont par contre un petit effet sur l’anxiété et la colère.
  • Les stabilisateurs de l’humeur : ont un effet très important sur les comportements impulsifs de perte de contrôle, la colère et l’anxiété mais un effet plus modéré sur l’état dépresssif. Ils ont aussi une efficacité plus marquée sur le fonctionnement général que les antipsychotiques ou les antidépresseurs.

Pour plus d’information, consultez l’article ou le résumé :
Ingenhoven T, Lafay P, et al. (2010) Effectiveness of pharmacotherapy for severe personality disorders : Meta-analyses of randomized controlled trials. Journal of Clinical Psychiatry, 71(1):14-25.

Ce périodique est disponible au centre de documentation de l’Hôpital Louis-H. Lafontaine.

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.