Santé mentale et psychiatrie : Ressources et documentation

25/10/2011

ANTIPSYCHOTIQUES, ANTIDÉPRESSEURS, ANTICONVULSIVANTS ET PLACEBO POUR LE TRAITEMENT DES PRINCIPAUX SYMPTÔMES DU TROUBLE DE PERSONNALITÉ LIMITÉ: UNE MÉTA-ANALYSE D’ESSAIS RANDOMISÉS CONTRÔLÉS ET ESSAIS OUVERTS

Filed under: Troubles de la personnalité — Étiquettes : , , , — documentationhlhl @ 15:04

Le Journal of Clinical Psychopharmacology a publié récemment une nouvelle étude sur l’efficacité des antidépresseurs, des stabilisateurs de l’humeur et des antipsychotiques dans le traitement de la symptomatologie du trouble de personnalité limité. L’efficacité du placebo sur les symptômes du TPL a été évaluée, de même que le risque d’une interruption de chacune des classes de médicaments. Le critère principal était l’amélioration des principaux symptômes de la maladie: la dysrégulation affective, le comportement impulsif et les symptômes cognitivo-perceptuels. 

Les essais ont démontrés que les stabilisateurs de l’humeur et les antipsychotiques pourraient être efficaces dans le traitement de la dysregulation affective et du comportement impulsive. Les antidépresseurs par contre se sont avérés efficaces seulement dans le traitement symptomatologique de le dysrégulation affective. Les analyses du volet placebo ont montré également une amélioration significative de la symptomatologie chez les patients. 

Pour plus d’information, consultez le résumé ou l’article : 

Vita, A., De Peri, L., & Sacchetti, E. (2011). Antipsychotics, antidepressants, anticonvulsants, and placebo on the symptom dimensions of borderline personality disorder: a meta-analysis of randomized controlled and open-label trials. J Clin Psychopharmacol, 31(5), 613-624. Pubmed 

Ce périodique est disponible en format électronique au Centre de documentation de l’Hôpital Louis-H. Lafontaine.

Publicités

17/10/2011

L’UTILISATION DES ANTIDÉPRESSEURS DE DEUXIÈME GÉNÉRATION POUR LE TRAITEMENT DU TROUBLE D’ANXIÉTÉ SOCIALE : UNE REVUE SYSTÉMATIQUE

Filed under: Troubles anxieux et de l'humeur — Étiquettes : , , — documentationhlhl @ 11:33

Cette revue systématique réalisée par des chercheurs de Federal University de Rio de Janeiro au Brésil, vise à évaluer l’efficacité des différents antidépresseurs de deuxième  génération dans le traitement du trouble d’anxiété sociale. Les chercheurs ont fondé leur étude sur des revues systématiques, méta-analyses et essais contrôlés randomisés publiés récemment dans les bases de donnes PubMed/MEDLINE, PsycINFO, et Current Controlled Trials. Les données recueillis ont été analysées en utilisant L’échelle d’anxiété sociale de Liebowitz (EASL), Clinical Global Impression (CGI) et la différence moyenne standardisée (DMS). 

10 différents antidépresseurs étaient couverts par les 27 essais cliniques inclus dans la méta-analyse. 

L’étude à démontré que les antidépresseurs de deuxième génération sont un traitement efficace pour les patients souffrant de trouble d’anxiété sociale. Cependant, les résultats ne suggèrent pas les différences d’efficacité entre les différentes drogues. 

Pour plus amples détails, vous pouvez consulter le résumé de l’article:

de Menezes, G. B., Coutinho, E. S., Fontenelle, L. F., Vigne, P., Figueira, I., & Versiani, M. (2011). Second-generation antidepressants in social anxiety disorder: meta-analysis of controlled clinical trials. Psychopharmacology (Berl), 215(1), 1-11. Pubmed

12/09/2011

LES ANTIDÉPRESSEURS CHEZ LES PERSONNES ÂGÉES

Une étude pour connaître la sécurité et les dangers reliés à ces médicaments

Le National Institute for Health Research organisme britannique, vient de compléter une étude sur les bénéfices et les dangers possibles de l’utilisation des antidépresseurs chez les personnes âgées (65 ans et plus).

 Cette étude de cohorte a observé les dossiers de plus de 60 000 patients en Angleterre ayant reçu un premier diagnostic de dépression entre l’âge de 65 et 100 ans.

 L’étude a démontrée plusieurs effets néfastes reliés à la prise d’antidépresseurs chez cette clientèle : chutes, hyponatrémie, mortalité, tentative de suicide ou automutilation, crise cardiaque, fractures, épilepsie ou convulsions. 

Les auteurs précisent que ces différents risques reliés à la prescription d’antidépresseurs doivent toutefois être mesurés aux bénéfices apportés par la prise de ces médicaments, notamment en prenant en compte la sévérité de la dépression. 

Pour plus d’information, consultez le rapport de recherche disponible en ligne :

A study of the safety and harms of antidepressant drugs for older people: a cohort study using a large primary care database
Résumé
Rapport complet

24/03/2011

Une revue systématique de la Cochrane Collaboration

Filed under: Personnes âgées - Gérontopsychiatrie, Troubles psychotiques — Étiquettes : , , — documentationhlhl @ 08:00

Les antidépresseurs pour l’agitation et la psychose chez les personnes souffrant de démence

Une revue systématique de la Cochrane Collaboration  vient de paraître sur l’utilisation des antidépresseurs pour le traitement de l’agitation et la psychose dans la démence.

9 essais cliniques, pour un total de 692 participants, ont été retenus pour cette revue. Lorsque comparé à des placebos, l’utilisation des antidépresseurs s’avère très efficace pour le contrôle de l’agitation. Toutefois, lorsque comparé aux antipsychotiques, les antidépresseurs ne semblent pas démontrer d’avantage.

Les recherches sur le sujet sont plutôt limitées, ce qui fait dire aux auteurs que d’autres études sont nécessaires pour conclure que les antidépresseurs sont sécuritaires et efficaces pour le traitement de l’agitation et la psychose dans la démence.

Pour plus d’information, consultez le résumé ou la revue systématique :
Seitz DP, Adunuri N, et al. (2011) Antidepressants for agitation and psychosis in dementia. Cochrane Database of Systematic Reviews 2:CD008191. »»» 

22/07/2010

L’efficacité de la continuation des antidépresseurs pour prévenir les rechutes des personnes souffrant de dépression : Une méta-analyse

Filed under: Troubles anxieux et de l'humeur — Étiquettes : , — documentationhlhl @ 10:19

Une méta-analyse parue récemment dans le Australian and New Zealand Journal of Psychiatry traite de l’efficacité de la continuation des antidépresseurs pour prévenir les rechutes des personnes ayant souffert de dépression et ayant bien répondu à un premier traitement aux antidépresseurs.

54 essais contrôlés (études avec placebos pour la prévention des rechutes) ont été analysés. Les résultats démontrent que ce traitement diminue de façon importante les rechutes chez ces patients.

Pour plus d’information, consultez l’article disponible en accès libre sur Internet :
Glue P, Donovan MR, et al (2010) Meta-analysis of relapse prevention antidepressant trials in depressive disorders. Australian and New Zealand Journal of Psychiatry 44(8):697-705.

11/06/2010

Evidence-Based Mental Health : Édition de mai 2010 maintenant disponible

Dans cette dernière édition de Evidence-Based Mental Health on retrouve entre autre les sujets suivants :

  • Pas de différence dans le taux de mortalité par suicide entre les personnes traitées et jamais traitées pour la schizophrénie
  • La thérapie cognitivo-comportementale en ligne s’avère efficace pour le traitement de la dépression au niveau de la première ligne
  • Est-ce que l’aripiprazole est aussi efficace que la rispéridone pour le traitement de la schizophrénie?
  • Les antidépresseurs sont associés à une augmentation du risque de suicide chez les adultes âgés de moins de 25 ans.

Pour plus de détails, consultez la table des matières complètes : http://ebmh.bmj.com/content/current

Ce périodique est disponible au Centre de documentation de l’Hôpital Louis-H. Lafontaine (format imprimé et électronique).

13/05/2010

Ordonnances d’antidépresseurs mal observées chez les personnes âgées

Filed under: Personnes âgées - Gérontopsychiatrie, Troubles anxieux et de l'humeur — Étiquettes : — documentationhlhl @ 09:56

Le Congrès de l’ACFAS a présentement lieu à Montréal (10 au 14 mai). Des chercheurs des universités de Sherbrooke et Montréal y ont présenté les résultats d’une étude concernant la prise d’antidépresseurs chez les personnes âgées.

Selon les résultats, seulement 52% des personnes âgées ayant une ordonnance d’antidépresseurs et qui ont participé à l’étude ont respecté leur ordonnance. Seulement 36% d’entre eux ont suivi leur ordonnance à plus de 80%.

Ces chiffres sont en effet inquiétants car le fait de ne pas respecter l’ordonnance peut avoir une incidence sur la santé de ces personnes : maladie récurrente, hospitalisation et même suicide.

Pour plus d’information, consultez l’article écrit à ce sujet sur Radio-Canada.ca :
http://www.radio-canada.ca/nouvelles/Science-Sante/2010/05/12/002-aines-ordonnances.shtml

03/03/2010

Evidence-Based Mental Health : Table des matières du dernier numéro (février 2010)

Le nouveau numéro de Evidence-Based Mental Health est maintenant disponible. Ce périodique comprend des articles courts faisant état de l’efficacité de différents traitements ou interventions dans le domaine de la santé mentale.

Quelques sujets traités ce mois-ci :

La table des matières complète est disponible sur Internet : http://ebmh.bmj.com/content/current

Ce périodique est aussi disponible au Centre de documentation de l’Hôpital Louis-H. Lafontaine.

23/02/2010

L’efficacité de la pharmacothérapie pour les troubles de personnalité sévères : une méta-analyse parue dans le dernier Journal of Clinical Psychiatry

Dans le numéro de janvier 2010 du Journal of Clinical Psychiatry on retrouve une méta-analyse d’essais cliniques randomisés sur l’efficacité de la pharmacothérapie pour le traitement des troubles de personnalité sévères.

Plus spécifiquement, 27 études ont été retenues pour cette méta-analyse mesurant l’efficacité de la médication sur des symptômes spécifiques du trouble de personnalité limite ou borderline et le trouble de personnalité schizotypique.

Voici quelques uns des résultats :

  • Les antipsychotiques : ont un effet modéré sur les symptômes cognitifs et perceptuels et un effet modéré à fort sur la colère.
  • Les antidépresseurs : n’ont pas d’effet significatif sur les comportement impulsifs et de perte de contrôle ou l’état dépressif. Ils ont par contre un petit effet sur l’anxiété et la colère.
  • Les stabilisateurs de l’humeur : ont un effet très important sur les comportements impulsifs de perte de contrôle, la colère et l’anxiété mais un effet plus modéré sur l’état dépresssif. Ils ont aussi une efficacité plus marquée sur le fonctionnement général que les antipsychotiques ou les antidépresseurs.

Pour plus d’information, consultez l’article ou le résumé :
Ingenhoven T, Lafay P, et al. (2010) Effectiveness of pharmacotherapy for severe personality disorders : Meta-analyses of randomized controlled trials. Journal of Clinical Psychiatry, 71(1):14-25.

Ce périodique est disponible au centre de documentation de l’Hôpital Louis-H. Lafontaine.

13/01/2010

La pharmacothérapie pour le traitement du trouble de personnalité limite : une revue systématique de la Cochrane collaboration

Dans le dernier numéro du British Journal of Psychiatry se trouve une revue sur la pharmacothérapie pour le traitement du trouble de personnalité limite ou « Borderline ». Cet article fait état de travaux faits pour le développement d’une revue systématique Cochrane et fait une méta-analyse de différentes comparaisons entre médicament v. le placebo, médicament v. médicament, un seul médicament v. l’utilisation de plusieurs médicaments.

27 essais cliniques ont été répertoriés pour cette revue systématique qui incluent l’utilisation d’antipsychotiques de première et de deuxième génération, des stabilisateurs d’humeur, des antidépresseurs et des Omega 3. Les effets les plus bénéfiques étaient du côté des stabilisateurs d’humeur et des antipsychotiques de 2e génération. Les ISRS (inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine), jusqu’à présent, ne démontrent pas de grande efficacité.

La pharmacothérapie semble s’avérer intéressante dans le traitment de symptômes dus au trouble de personnalité limite mais n’a pas beaucoup d’effet sur la sévérité générale du trouble. Elle devrait donc être utilisée pour diminuer des symptômes spécifiques.

Pour plus de détails, consultez le résumé ou l’article :
Lieb K, Völlm B, et al. (2010) Pharmacotherapy for borderlin personality disorder : Cochrane systematic review of randomised trials. British Journal of Psychitary, 196(2):4-12.

Ce périodique est disponible au centre de documentation de l’Hôpital Louis-H. Lafontaine.

Older Posts »

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.